• Guillaume Picard

5 façons de connaître la vérité sur leur bien-être


Savoir si vos clients sont satisfaits est une chose; connaître le réel bien-être de vos employés est une autre paire de manches. Pourquoi? Parce qu'ils ont intérêt à cacher leur jeu.



L'être humain moderne a cette fâcheuse tendance à ne pas trop s'exprimer ou à ne laisser paraître qu'une partie de ce qu'il vit intérieurement. Différentes raisons peuvent l'expliquer: peur de paraître faible, peur de faire perdre du temps aux autres ou de créer de l'instabilité, manque de compétences à s'exprimer (à qui, comment, quand), déni protecteur... la liste peut être longue.


Mais concentrons-nous un instant sur vous, cadre, propriétaire ou chef d'équipe. Car un subalterne malheureux peut vous embêter (directement ou indirectement), mais peut surtout vous abandonner sans avertir. Et des employés qui désertent spontanément le navire, ce n'est pas souhaitable en affaire.


Voici 5 trucs qui peuvent aider votre baromètre du bien-être à être plus fidèle à la réalité.



1. Lancez des ballons de plage


Nos politiciens sont les pro des ballons de plage. Ils les lancent subtilement dans les médias pour obtenir l'avis du public sur une décision future.


L'idée est simple: vous proposez subtilement des changements sans vous y engager pour autant. Important: il y a une manière de le faire tout en restant intègre et honnête, un peu dans l'esprit d'un remue-méninges. Dans votre cas, le but est de valider un inconfort chez un employé.


Voici un exemple tiré d'un fait vécu qui m'a été rapporté par une amie dernièrement dans son équipe:


Vous pensez que Naomie n'aime pas trop sa nouvelle co-équipière Daphnée car elle s'absente souvent et lui laisse subtilement s'occuper de ses tâches. Vous suspectez que Naomie n'ose pas vous en parler, mais vous n'êtes pas certain de son inconfort. Vous alliez voir Naomie dans son bureau pour une question sur le budget d'une campagne publicitaire, mais après avoir obtenu sa réponse, vous lui glissez: « Daphnée est encore absente? (vous captez sa réaction)... Il faudrait diminuer ses tâches et engager une autre personne », lui lancez-vous même si ce n'est pas vraiment dans vos plans. Votre ballon de plage engage une conversation au sujet de ce qui l'irrite. Vous quittez son bureau en lui disant: « Je vais voir ce que je peux faire, ça ne peut pas continuer comme ça ». Déjà, Naomie passera une meilleure journée car quelqu'un (pas n'importe qui, son supérieur!) est emphatique à ce qui l'irrite. Dans la semaine suivante, vous trouvez la meilleure solution pour enrayer son irritant une fois pour toutes.


Ici, même si Naomie avait réfuté que les absences de Daphnée la dérange, en supposant qu'elle cache la vérité, le ballon de plage aurait amorcé un début de changement et d'ouverture. Les résultats de toute stratégie ne sont pas toujours immédiats.


Envoyer des ballons de plage est sain, car cela permet de prendre le pouls de votre équipe et d'extraire des vérités intérieures. Il faut tout de même utiliser cela avec équilibre et conscience, comme je dis souvent. Soyez intelligents pour que cela vous rapporte les bonnes informations sans froisser personne. 



2. Intéressez-vous à eux


S'intéresser à ses collègues tout en respectant leurs limites ne fait que les encourager à se confier à vous. Il vous faut ouvrir les canaux de communication, mais aussi les maintenir ouverts... Commencez par vous intéresser à leurs réalisations au travail, posez-leur des questions dans leurs champs d'expertise, demandez leur aide sans alourdir leurs tâches, ce qui mettra l'accent sur leurs forces. Puis, rendez-vous aux portes de leur vie privée. Le truc ici est de ne pas entrer mais plutôt d'attraper au bond ce qui s'en échappe. Cela est très efficace pour gagner leur respect et leur confiance.


Plus vous vous intéresserez à vos collègues, moins ils hésiteront à venir vous voir lorsqu'il y aura un inconfort. Il faut pour cela éviter d'être trop virtuel dans vos relations. Il doit y avoir des points de rencontre en personne. Déjà, préférez idéalement la vidéoconférence au texto/courriel si vous ne les côtoyer qu'à distance.



3. Évitez d'être trop secret sur vos états d'être


Il en va de soi, plus vous montrerez l'exemple, plus vous serez contagieux. Il ne s'agit pas ici d'être un livre ouvert, car il y a probablement certaines informations que vous désirez stratégiquement garder pour vous. Tout de même, soyez équilibré. Tout cacher n'est bon pour personne. D'ailleurs, en passant, s'il y a trop de négatif en vous, peut-être serait-il le temps de faire le ménage en dehors du travail?


Confiez-vous à vos collègues de temps en temps. N'allez pas trop vite au début, surtout la première semaine. Commencez par quelque chose de positif qui vous inspire; cela évitera d'alourdir leur journée déjà bien remplie d'embûches. Vos confidences positives devraient avoisiner les 70%. Retenez que votre but est de faire ressortir le négatif de leur environnement de travail, qu'ils vous copient en se confiant eux-aussi. Il doit donc y avoir une part de négatif dans vos confidences.



4. Parlez de vos propres irritants au « je »


Parlant de confidences négatives, vos irritants devraient toujours être exprimées au « je », comme si vous étiez responsable de votre destinée. Autrement, cela devient du pointage de doigt, et là, vous obtiendrez l'effet contraire.



5. Fixez vos limites en les démontrant


Afin d'éviter l'abus d'employés qui voudraient tirer avantage de votre sensibilité à leur bien-être, il est nécessaire de poser vos ancres, de fixer et d'exprimer vos limites de gestionnaire. C'est tout de même vous le capitaine et il en va de la survie de tous. L'entreprise a des contraintes en regard de ses objectifs de rentabilité et de logistique, mais aussi au niveau du bien-être de tous.


Or, il est très utile de démontrer ces limites, de les exposer de manière explicite, aux moments opportuns, sans nécessairement en faire des présentations formelles. Résultat: ces limites seront mieux acceptées de la part de vos employés et elles décourageront certainement les excès d'égos et de plaintes. De plus, vous pourriez recevoir des suggestions intéressantes auxquelles vous n'auriez pas pensé. Vous avez intérêt à ce que vos employés s'intéressent à la rentabilité et au bon fonctionnement de l'entreprise, en s'y engageant personnellement. Pour que cela ait lieu, il faut, dans une certaine mesure, ouvrir son jeu.


Au final, bien fixer vos limites donnera de la valeur à votre nouveau baromètre-bonheur-employé et vous aurez envie de le nourrir et de l'utiliser. Cela vous aidera à vous ouvrir davantage et ainsi à mieux prévenir les dérapages, l'absentéisme et les démissions spontanées.


© 2020 Loyal Charles & Co.